Radioactivité : les sols du Mercantour toujours contaminés par Tchernobyl

Retour


31 Juillet 2015 |  Par leparisien.fr | LE PARISIEN

ILLUSTRATION. Le parc national du Mercantour présente une radioactivité supérieure à la normale, due à Tchernobyl, 29 ans après la catastrophe nucléaire.
ILLUSTRATION. Le parc national du Mercantour présente une radioactivité supérieure à la normale, due à Tchernobyl, 29 ans après la catastrophe nucléaire.
LP / Matthias Galante


Les sols du parc national du Mercantour, dans les Alpes du Sud, présentent encore une radioactivité supérieure à la normaledue à la catastrophe de Tchernobyl, en Ukraine, il y a 29 ans, selon une nouvelle étude de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad).

Les mesures réalisées début juillet, dans le secteur du col de la Bonette-Restefond à la limite entre les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence, montre que « le niveau de radiation est toujours plus de deux fois supérieur à la normale » à « un mètre du sol ».

« Ces forts niveaux de rayonnement sont dus à la contamination résiduelle des sols par le césium 137 imputable principalement aux retombées de la catastrophe de Tchernobyl (en 1986) », assure la Criirad. « Les retombées avaient été particulièrement intenses dans le sud-est de la France », rappelle l'organisme indépendant, qui souligne avoir « mis en évidence entre 1996 et 1998, de très fortes contaminations des sols dans le Mercantour ».

Sur certaines zones, des valeurs 100 fois supérieures au niveau naturel

« Le fait de bivouaquer deux heures sur certaines de ces zones induit toujours en 2015 une exposition non négligeable », avec un « débit de dose » de 5 microsievert par heure au contact du sol. « Les niveaux de radiation au contact du sol dépassent toujours, sur les zones d'accumulation, des valeurs plusieurs dizaines de fois voire plus de 100 fois supérieures au niveau naturel », a-t-elle constaté.

L'organisme indépendant rappelle avoir interpellé à plusieurs reprises les autorités sanitaires françaises « pour que les secteurs les plus radioactifs soient dépollués, ou tout au moins balisés, pour éviter des expositions inutiles ». « Force est de constater que la situation n'a guère évolué sur le terrain », déplore-t-elle.

Les Alpes encore contaminées par le nuage de Tchernobyl


 

P n’imprimer que si cela est nécessaire

©2014-2015 association-capre06

environnement radioactivité

×