Contactez-nous
Pétition : Pour la préservation des terres agricoles de la Plaine du Var & Contre le déplacement du M.I.N de Nice à La Baronne
Bonjour, le site du CAPRE06 est en cours de modification, nous vous remercions de votre compréhension. Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée. 

Alerte ! La disparition des terres les plus fertiles & Mise en péril des commerces de proximité

Pour le maintien des terres agricoles NON AU BETONNAGE DE LA PLAINE DU VAR, AM06 ©capre06

DES TERRES, PAS D'HYPERS !

SAUVONS NOS VILLES ! SAUVONS NOS SOLS !

Site internet : lien_externe (ico) http://desterrespasdhypers.fr/

E.T.F CONTRE LES ABUS DE LA GRANDE DISTRIBUTION

Les terres agricoles à Cagnes ou dans la plaine du Var, sont consommées pour y faire de grandes surfaces commerciales dont on dit déjà qu'elles sont trop nombreuses ...lien_interne (ico)

"A louer", "bail à céder", "fonds de commerce à vendre"… Dans plusieurs centres-ville, la situation du commerce se trouve très fragilisée.

NON à la disparition du commerce de proximité"De nombreux commerces ont fermé à Nice"

Philippe Desjardin, Président de la fédération du commerce azuréen à Nice, était invité jeudi 21 décembre 2017 à 7h50 sur France Bleu Azur

Le bilan de l'année 2017

Philippe Desjardin nous révèle le bilan de l'année pour le commerce à Nice : 

"Nous sommes à plus 1 %, c'est moyen. Nous n'y arrivons pas à cause d'internet. Ils font des prix parce que leurs sièges sont des paradis fiscaux. Nous avons beaucoup de commerces qui ferment. Nous avons averti nos élus depuis des années : 9 % des locaux de commerçants ne sont pas repris. Il y a 5 % de ces locaux qui sont dans le centre-ville et 25 % à l’Ariane par exemple. C'est ça la réalité. On espère que Christian Estrosi, le maire de Nice, a bien compris qu'il fallait faire quelque chose."


En réalité, certains l'ont déjà compris, peu le savent, il s'agit à travers l'Opération d'Intérêt National qui englobe le déplacement du M.I.N., d'urbaniser dans un premier temps la partie qui se situe au sud de la Plaine du Var jusqu'au niveau de St Isidore, soit sur près de 4 km le long de la future voie de 40 m de large.

Pourtant en 2009, l'actuel Président de la Métropole alors Maire de Nice s'exprimait ainsi dans Nice-Matin (http://www.nicematin.com/article/nice/nice-estrosi-voit-le-developpement-du-commerce-plutot-a-saint-roch.12117.html) : « Pourquoi des surfaces commerciales ont-elles été installées à Lingostière plutôt qu'à la halle Spada ? Pourquoi Jacques Médecin et le préfet Lambertin ont-ils allés installer la préfecture à l'ouest, dans une zone inondable, comme l'a démontré la crue du Var en 1994 ? » (...)

On n'ira plus conquérir ailleurs de nouveaux espaces pour rien, s'est exclamé Christian Estrosi. C'est pour cela que j'ai refusé le multiplexe de l'Arénas, parce que, sinon, les cinémas périront en ville. Je veux reconstruire la ville sur la ville, la redynamiser dans un véritable équilibre économique et social. ” Le journaliste ajoute " Un discours qui ne pouvait que rassurer Dominique Estève, le président de la Chambre de commerce et d'industrie, présent hier aux côtés du maire et auteur, dans notre édition d'hier, d'un « coup de gueule » sur les actuels projets commerciaux, dont 10 % seulement se situeraient en centre-ville. "

Nous déplorons que les actes soient exactement ce qu'il dénonçait et que des terres alluvionnaires soient sacrifiées au profit de milliers de m2 de surfaces commerciales dans la plaine.

En 2013 on peut lire dans Nice-Matin (http://www.nicematin.com/derniere-minute/des-projets-de-surfaces-commerciales-a-foison-sur-la-cote-dazur.1513560.html) :

" Loin de vouloir s’opposer au développement économique de notre région, le président de la CCI affirme qu’on ne peut pas, pour autant, multiplier à l’infini le nombre d’enseignes commerciales dans notre département.
Il va falloir sélectionner les projets. Car les clients ne sont pas inépuisables. Encore moins leur pouvoir d’achat. Même dans une région touristique comme la nôtre qui chaque année reçoit 11 millions de visiteurs. ” " 

Nous dénonçons cette fuite en avant, que nous jugeons irresponsable, de toujours plus de grandes surfaces commerciales à la périphérie, là où les terres alluvionnaires permettraient un projet ambitieux d'agriculture péri-urbaine !

Le maire, en inaugurant hier le nouvel Office du commerce et de l'artisanat, a rassuré les milieux économiques : il veut remettre du commerce au centre-ville, notamment dans le secteur de la gare Saint-Roch. (Photo Richard Ray)
Nice Estrosi voit le développement du commerce plutôt à Saint-Roch
" Rupture totale avec le passé : c'est le maître mot du discours que le ministre-maire a tenu hier sur l'avenir commercial de la ville, lors de l'inauguration officielle, place Pellegrini, du tout nouvel Office du commerce et de l'artisanat, ... " Lire la suite

ARRêTONS  CES TRANSFERTS en TOUT GENRE !
Ils vident le centre de NICE, tuent notre petit commerce et nos racines.
ILS pillent nos terres nourricières sans laisser aucune chance à nos agriculteurs de survivre

NON AU TRANSFERT DU MIN Á LA BARONNE Logo_Plaine du Var (06)_NON_Transfert du MIN à La Baronne ©c06
 

Arrêtons de multiplier les centres commerciaux dans les Alpes Maritimes !

DES TERRES, PAS D'HYPERS !

Pour le maintien des Terres agricoles

BetonnageAujourd’hui, la question de l'artificialisation des sols par le bétonnage, goudronnage, ... par le mitage se pose tout autant, si ce n’est plus qu’hier.

Qui n'a pas remarqué ...

"dans les campagnes de nouvelles habitations, ou encore de nouvelles zones d’activité industrielles ou commerciales, entraînant avec elles l’arrivée de réseaux d’eau, d’électricité et des aménagements qui les accompagnent." 

"l’apparition, de-ci de-là, de nouveaux ronds-points, de nouveaux parkings provoquant petit à petit et par touches successives, une hausse globale de l’artificialisation et de l’imperméabilisation des sols ?"

"Peu à peu, les villes et le mitage progressent sur les terres, provoquant une consommation des terres et un recul de l’activité agricole. ..."

"On voit ainsi se développer partout, sans vision d’ensemble, un grignotage progressif des espaces agricoles : mitage de l’espace par des habitations individuelles, artificialisation des sols par les centres commerciaux et leurs accès et parkings attenants, ou encore par les infrastructures de transport…"

La France est fortement touchée même si, en apparence, on voit beaucoup de vert, de champs et de forêts entre chaque ville. Dans les faits, l’artificialisation a fait disparaître entre 40.000 et 90.000 ha de surfaces agricoles par an entre 2000 et 2014. Cela équivaut à la surface moyenne d’un département tous les 7 ans, à un stade de football toutes les 5 minutes, ou un potager de 25 mtoutes les secondes.

———

Zone agricole_Plaine du  Var 06 ©EPALa région PACA, le département des Alpes-Maritimes 06, Nice, la Plaine du Var, tous concernés par l'inquiétante disparition des terres agricoles

Nous demandons, « un moratoire sur la destruction des terres agricoles de la plaine du Var »

Lire : 

Pour le commerce de proximité

Selon la définition de l’INSEE

Boulangeries, boucheries, supérettes, pharmacies, tabacs..., le commerce de proximité se compose de commerces de quotidienneté, dans lesquels le consommateur se rend fréquemment, voire quotidiennement.

Les commerces alimentaires spécialisés (boulangeries-pâtisseries, boucheries-charcuteries, poissonneries...), les alimentations générales, les supérettes, les commerces sur éventaires et marchés, les traiteurs, les cafés-tabacs, les commerces de livres, journaux et papeterie et les pharmacies sont tous, par définition, des commerces de proximité.

(Source : Insee 2008)


Les petits commerces en souffrance

Pour s'en sortir face à la concurrence toujours plus rude des grandes surfaces, les commerçants cherchent des solutions :

M. X a dû évoluer. "On est ouverts entre midi et deux heures, ce qui n'était pas le cas des drogueries d'il y a 20 ans. On est ouverts six jours sur sept, même en juillet et août". Ce commerçant mise également sur le made in France, ou encore le côté traditionnel de son magasin.

Entre grandes surfaces dans lesquels les clients peuvent passer toute leur journée, et centres commerciaux, quel est l'avenir du commerce de proximité ? 

On parle de "désertification" des centres-villes.

Selon des études récentes, les Français estiment que les commerces de proximité jouent un rôle fondamental dans l’animation d’un quartier.

Les consommateurs sont attachés aux petits commerces pour la qualité de l’accueil, et des produits et les conseils prodigués.

Le problème ne date pas d'hier :  Plusieurs élus attribuent la baisse de la vitalité du commerce à la concurrence des grandes surfaces

En France, en moyenne, 10 % des surfaces commerciales de centre-ville sont inexploitées. Mais dans les villes moyennes, qui comptent entre 50 000 et 100 000 habitants, il est supérieur dans la moitié des cas.

 

Grandes surfaces les maires de France réclament un moratoire pour protéger leurs centres-villes

Désertification des centres villes

Désertification des centres villes: une maladie de pays riches ?

Vitrines vides et sombres, façades aveugles, stores baissés définitivement : la crise urbaine ronge les villes moyennes, préfectures et sous-préfectures. Comment en est-on arrivé là ? Retrouve-t-on le même phénomène ailleurs ? Comment lutter contre la mort des centres villes ?

Plusieurs invités dont Martine Donnette, commerçante, créatrice de l’association En tout franchise, et auteur de «Seule face aux géants».

Ré-écouter le reportage : Cliquez-ici

Des terres ou des hypers ? Quand la ville gagne sur la campagne

Pour une proposition de loi protectrice des sols

Par lettre en date du 18 juillet 2017, la fédération Des terres, pas d'hypers ! demande aux députés de la nouvelle Assemblée Nationale de préparer une proposition de loi protectrice des sols.

Télécharger Télécharger en PDF la lettre aux députés.

Envoyé spécial - Martine part en guerre contre les hypermarchés – 25 mai 2017 (France 2)

Nice Plaine du Var terres agricoles bétonnage Alpes-Maritimes DES TERRES-PAS D'HYPERS urbanisme commerciale